RealTaekwondo-194.jpg

POST

  • fbielser

Taekwondo - un art martial au service du développement social au Zimbabwe

Comme le relate cet article "Zimbabwean teen teaches taekwondo to fight child marriage" (TaeKwonDo Times, 12 janvier 2021) l'adolescente Natsiraishe Maritsa (17 ans) entraîne des jeunes filles et garçons à la pratique du taekwondo dans la cour extérieure d'une agglomération pauvre au Zimbabwe. Cette jeune enthousiaste du taekwondo, utilise le sport pour donner aux jeunes filles pauvres une chance de se battre dans la vie. En effet, au Zimbabwe, des filles sont mariées très jeunes (dès 10 ans) à cause de la pauvreté et des raisons religieuses.



Le Taekwondo fascine les jeunes filles

La jeune entraîneuse - Natsiraishe Maritsa - explique que le taekwondo fascine les jeunes filles car il y a très peu de personnes qui pratiquent le taekwondo au Zimbabwe. Grâce aux entraînements qu'elle donne dans ce quartier pauvre à 15 km de la capitale, elle réussit à attirer l'attention des jeunes filles. Les jeunes qui viennent s'entraîner sont motivés et réalisent les exercices de stretching, des coups de pieds et de poings que la jeune entraîneuse de taekwondo leur montre. Après l'entraînement, elle engage la discussion avec les jeunes filles et les jeunes mères autour des dangers du mariage des enfants.


Le Taekwondo redonne confiance aux jeunes

A travers l'association "Vulnerable Underaged Peoples Auditorium", Natsiraishe Maritsa espère augmenter la confiance des jeunes filles et de jeunes mères à travers la pratique de l'art marial et des discussions. Elle constate que ces rencontres donnent confiance aux jeunes mères qui en partageant leur propre expérience peuvent dissuader d'autres filles de tomber dans le même piège. Son engagement permet aussi de lutter contre certaines représentations du mariage qui existent au Zimbabwe. La pratique du taekwondo n'est pas très répandue au Zimbabwe mais cela ne décourage pas la jeune Natsiraishe Maritsa de poursuivre sa mission en dépit de moyens très modestes.